Jeunes filles en difficulté

Publié le Publié dans Chronique

« Notre longue pratique m’a enseignée que la confidence noie la douleur. Je n’ai jamais autant observé parce que n’ayant jamais été autant concernée … »  (Mariama BA ; Une si longue lettre)

Elles avaient une vie tout à fait normale. Elles s’occupaient d’elles-mêmes comme toutes les jeunes filles de leur âge. Elles avaient aussi, comme nous tous, des rêves. Et mêmes, de très beaux rêves de femme avec un bon mari et des enfants adorables. Malgré le tableau sombre que dessine leur vie actuelle,  elles gardent encore toute leur beauté reniée. Mieux, si on parvient à gagner un peu de ce qui leur reste de confiance on s’apercevra, sans qu’elles ne le disent, qu’elles gardent secrètement quelque part dans leur cœur l’espoir d’un miracle… Un jour !

Elles pleurent plus qu’elles ne sourient. Sincères dans leur repenti et leur confidence. Il  leur arrive aussi de mentir tristement pour sauvegarder les quelques haillons de dignité flottant encore sur leurs corps meurtris. Elles voudraient tout recommencer. Elles demanderaient une seconde chance pour mieux faire. Souvent seules, le regard perdu, elles  regrettent profondément ce que le monde leur reproche.  Elles s’en veulent à elles-mêmes plus que leurs proches ne leur incriminent. Ces filles seules contre tous sont pour la plupart suicidaires. Dans la détresse, elles   chercheraient à se détruire et souvent de façon atroce…

Qui  sont ces filles ?

Nous les croisons tous les jours et pratiquement  un peux partout autour de nous. Sans vouloir trop attirer notre attention, elles ne rêvent que de notre compassion.  Un regard « sans jamais juger », un sourire « sincère et non forcé » c’est tout ce qu’elles attendent de nous pour sortir des flammes du gouffre psychosocial qui les engloutit.

Ces filles vivent des situations différentes avec un seul  dénominateur commun LA SOUFFRANCE dans la CHAIR.

Je veux parler  des filles  trainant une  grossesse  non désirée, des  victimes  de viol, de l’excision, de la pédophilie  ou des autres agressions sexuelles, des femmes battues, des  travailleuses de sexe, des femmes en prison… Bref de toutes les femmes en difficulté.

Il est regrettable d’apprendre que la plupart d’entre elles sont considérées par certains hommes comme des proies sexuelles faciles qu’ils n’hésiteront pas d’exploiter sans cœur ni scrupule.

Non, c’est inhumain ! Nous devons les considérer  comme nos propres sœurs. Nous devons leur tendre la main et les aider à se relever.  Ces filles rêvent encore de miracle et c’est possible… Soyons le MIRACLE !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *